chronique février : JARDINER

Les “Recherches clermontoises sur les pays germaniques”, initiative existant depuis trois ans, reposent sur la participation de quatre groupes de recherche en sciences humaines et sociales. Comme partout en France, les enseignants-chercheurs clermontois ont pour habitude de se regrouper par disciplines et orientations. Ils mènent leurs travaux en fonction des thématiques proposées ou choisies. Avec un peu de chance, les centres d’intérêt des uns peuvent correspondre à ceux des autres, tous laboratoires confondus. A Clermont-Ferrand, ceux qui s’intéressent aux pays germanophones ne sont pas rares. Mais ils sont peu reliés entre eux, moins qu’avec les collègues de leurs groupes de recherche respectifs. C’est dommage. Car ce sont des opportunités en moins. Des discussions en moins. Des idées en moins.

Il n’est pas difficile de s’apercevoir que des géographes, des germanistes, des historiens, des littéraires ou des chercheurs d’autres disciplines travaillent, dans des domaines différents, sur une même aire géographique et culturelle. Or, au quotidien, cette observation reste sans conséquence immédiate. Les échanges interdisciplinaires sont souhaités, certes. Reste à savoir s’ils sont suffisamment reconnus et valorisés au sein de la communauté scientifique. Rien n’est moins certain, hélas. Raison de plus pour ne pas en rester là. La création d’un groupe de travail transversal a pour but de surmonter les cloisonnements traditionnels, de construire des ponts entre disciplines. Idéalement, ce seront des passerelles qui n’existeront pas seulement sur le papier, mais dans nos vraies vies d’enseignants-chercheurs, celle de tous les jours. En tant que spécialistes de l’Allemagne, de l’Autriche et de la Suisse, nous savons depuis longtemps que nos disciplines sont proches, nos champs de recherche complémentaires, nos interrogations potentiellement intéressantes pour nos collègues. Nous savons aussi qu’ils travaillent quelques portes, couloirs, bâtiments plus loin. Sauf que, l’exception confirmant la règle, nous ne nous rencontrons que peu. En règle générale, nous sommes des électrons libres, et pas tellement mécontents de l’être. Dans des moments de doute… un peu moins. Quand nous discutons avec les sciences exactes, il faut bien reconnaître qu’en dehors des activités et des manifestations ponctuelles, qui nous réunissent de temps à autre, les moments pour faire connaissance ou pour travailler ensemble se font plutôt rares. Chance ou malchance ? Nous avions envie de savoir. Tout simplement. Lancer une coopération autour d’un objet d’étude partagé n’est pas gagné d’avance. Tant pis, nous avions envie de nous lancer un défi commun. En sachant pertinemment que le chemin emprunté ne serait pas dépourvu d’obstacles. L’hypothèse de départ se confirmera. Tout travail en équipe nécessite patience, respect, humour. Curiosité aussi. L’occasion rêvée de se montrer à la hauteur. Et de recommencer.

Les regards que nous portons sur le monde germanique sont, par définition, très partiels et spécifiques. Comment faire pour réunir et croiser plusieurs perspectives, sans encourir le risque de mal se comprendre ? Comment parvenir à synthétiser au lieu de compiler, à condenser au lieu de juxtaposer ou superposer ? La recherche d’une plus-value transdisciplinaire n’est pas chose aisée. Une fois l’enthousiasme initial passé, tous les projets collectifs, a fortiori les engagements facultatifs, ont une espérance de vie limitée. Même avec beaucoup de bonne volonté, le quotidien est un ennemi redoutable. Trouver l’idée (en 2011), se réunir pour un premier tour de table (en 2012), organiser une journée d’études (en 2013), qui de surcroît sera suivie par plusieurs autres – c’est un début. A nous de trouver la suite : maintenir la dynamique, prolonger les discussions, construire un réseau, initier d’autres réflexions pour rester en contact et aller plus loin. Nous démarrons l’année 2014 avec une aventure, technologique et intellectuelle. Le démarrage d’un carnet de recherche collectif est un pari sur l’avenir. Nous espérons qu’il permettra d’inscrire notre petit chantier pionnier dans la durée et dans les agendas. Produire et partager des traces, mobiliser les idées et les personnes, bref : fédérer et se faire plaisir. Telle sera la devise. Nous plantons un arbre. Que disent les manuels du jardinier en ligne ? « L’arrosage sera complémentaire au rythme des pluies, le plus important étant de réhydrater le sol. Il sera pratiqué de préférence le soir, après le coucher du soleil afin de limiter le phénomène d’évaporation. »1 Ainsi soit-il.

Exemple d'association végétale bénéfique : les Œillets d'Inde protègent les carottes des attaques parasitaires.

Exemple d’association végétale bénéfique
By Airelle CC-BY-SA-3.0 from Wikimedia Commons

 Et pour conclure, le plus grand des merci à nos responsables, collègues et partenaires qui nous ont soutenus et encouragés. Sophie Blanchard de l’équipe CreaTICE de l’UBP, Camille Meyer de la bibliothèque numérique de la BCU, Annette Schläfer du CIERA (Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne) et Mareike König du DHI (Deutsches Historisches Institut) Paris ont été les maîtres initiateurs de notre apprentissage du numérique. Qu’elles en soient vivement remerciées… en allemand : Eure Digitalisierungsschübe waren ebenso spannend wie unterhaltsam. Und ansteckend. Tausend Dank!*

* La remise à niveau en TIC a été passionnante, amusante et contagieuse. Merci infiniment !


Dana MARTIN

Maître de conférences en allemand à l'Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand II.

More Posts - Website - Twitter

Dana MARTIN

Maître de conférences en allemand à l'Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand II.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *