chronique mars : NAVIGUER

Nous sommes des chercheurs, nous faisons de la recherche, nous cherchons. Sommes-nous aussi des « trouveurs », faisons-nous des trouvailles, trouvons-nous ? Nous sommes censés chercher et trouver, mais comment s’y prendre et comment être sûr d’y être parvenu ? En dehors des sentiers battus, le chercheur en sciences humaines et sociales navigue dans des univers incertains et complexes. Il lui arrive de traverser des terrains vagues, voire des déserts, avec ou sans boussole. Quelle piste suivre ? Quelle problématique choisir ? Dans quel but et en appliquant quelle méthode ? Au sein de chaque discipline, des interrogations ont été formulées, des réponses apportées et des pratiques établies. Mais dès lors qu’on s’éloigne des siens, les choses se compliquent, et les certitudes ont tendance à s’évaporer. Tous ceux qui participent à des projets interdisciplinaires le savent : les échanges avec nos collègues sont source d’enrichissement – et d’inquiétudes ! Les écoles et les concepts, les représentants et les références ne sont pas les mêmes. Il est déjà difficile de jouer le jeu en territoire à peu près connu. S’aventurer sur d’autres terrains de jeu n’est pas une partie de plaisir. Car c’est déstabilisant. Décourageant même. Et quoi qu’on en dise, la fin n’est pas toujours glorieuse, les résultats ne sont pas toujours convaincants. Réalité à avouer ou à cacher ?

Entre pays voisins, ces décalages « micro » entre disciplines sont encore amplifiés par des divergences « macro », d’ordre linguistique, culturel et professionnel. A titre d’exemple : en Allemagne, le métier de « maître de conférences » n’existe pas. A l’inverse, aucun enseignant-chercheur français ne travaille avec des étudiants assistants, appelés « Hiwis » (Hilfswissenschaftler, auxiliaire de recherche). En France, les « Geisteswissenschaften » (sciences de l’esprit), par opposition aux « Naturwissenschaften » (sciences de la nature), n’existent pas. Ici, le champ des sciences humaines, linguistiques et littéraires se recoupe avec celui des sciences sociales, domaine qui se situe au sein des « Sozial- / Rechts- / Wirtschaftswissenschaften » (sciences sociales, juridiques et économiques) dans les pays germaniques. Périmètres différents, approches différentes… et plus concrètement : personnes, préoccupations, réseaux différents. Qui se ressemble, s’assemble ? Les contraires s’attirent ? Comment en juger, même en identifiant parfaitement les phénomènes en question, étant donné que les grilles de lecture ne se correspondent que partiellement ? En règle générale, les ambiguïtés prédominent, et il faut emprunter des détours – expliquer, circonscrire, délimiter – pour arriver à comprendre et à (se) faire comprendre. Exercice de comparaison et de médiation d’autant plus délicat qu’il est assez rarement demandé et reconnu. Vérité à dévoiler ou à dissimuler ?

Les universitaires sont théoriquement des navigateurs avisés. On devient « chercheur confirmé » en faisant ses preuves (organiser, coordonner, produire), en publiant (beaucoup, davantage, mieux), en vieillissant (idem). Or, dans la pratique, nous sentons-nous réellement « confirmés » (par qui, par quoi ?), à savoir légitimes, y compris au plus profond de nous-mêmes ? Il est permis d’en douter. Dans son best-seller « Der Campus » (1995), Dietrich Schwanitz décrit le milieu universitaire comme un joyeux biotope d’égoïsme et d’érotisme, d’intrigues et d’impostures, de complexes d’infériorité et de supériorité. Sans vouloir forcer le trait jusqu’à la caricature, il n’est pas improbable que le sentiment diffus de participer à un jeu de rôle grandeur nature ne soit pas l’un de nos cauchemars secrets. Un certain nombre de craintes irrationnelles – perdre la face ou le nord, s’égarer en cours de route, ne pas arriver à destination – nous habitent et nous hantent… parfois plus, parfois moins.

Entraînement au large de Lorient – © Yvan Zedda (CC BY-NC-ND 2.0) par Team France Voile Source : Flickr

Nous savons pertinemment que jamais, au grand jamais, nous ne pourrons tout lire, apprendre, écrire et savoir. Qu’encore et toujours, nous aurons du retard : retard pris et accumulé dans nos bureaux, dans nos ordinateurs, dans nos agendas et dans nos têtes. Le savant universel est mort. Vive le savant spécialisé, organisé, rusé. Celui que sait choisir, saisir, trier, et (mot aussi terrible que terrifiant) « prioriser ». La bonne décision au bon moment, les bons contacts au bon endroit. Avoir : un plan de carrière, le moral, plus de solutions que de problèmes. Tenir : le cap, les dates limites, un rôle dans la société. Réussir : sa réunion, son concours, sa vie privée et professionnelle. Impossible ? Oui et non. Peut-être pas tant que cela. A chaque jour sa peine, sa joie et ses progrès. Chercher et trouver, se tromper et rectifier, tantôt au ralenti, tantôt en accéléré, en réajustant sans cesse sa trajectoire : quel privilège et quelle chance. Naviguer pour le plaisir de naviguer aussi, seul ou à plusieurs. Pour aller de l’avant, en alternant idées, découvertes, revers et rebondissements. Contre vents et marées, dans le brouillard ou sous le soleil, par tous temps. Du lundi au lundi. Tel Sisyphe, homme d’action heureux. Tel Eric Jarosinski, homme de pensée malheureux : « Stop the world. And nein with me. » (https://twitter.com/NeinQuarterly, 05/03/14, 18h). Stehaufmännchen: steh auf und geh.*

* Culbuto : lève toi et marche.


Dana MARTIN

Maître de conférences en allemand à l'Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand II.

More Posts - Website - Twitter

Dana MARTIN

Maître de conférences en allemand à l'Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand II.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *