Journée d’étude : « L’Autriche en perspectives : centre(s) et marges »

Visionnez la journée d’étude sur Videocampuslogo videocampus

 

 

Organisée par le groupe « Recherches clermontoises sur les pays germaniques », la journée d’étude intitulée « L’Autriche en perspectives : centre(s) et marges » aura lieu le 23 Octobre 2014 de 9h à 17h à la MSH de Clermont-Ferrand (amphi 219). Voir l’annonce sur Calenda.

Affiche de la journée d'étude

Télécharger le programme.

Cette Journée d’études s’inscrit dans la continuité de la réflexion initiée en 2013 par le groupe de travail interdisciplinaire « Recherches clermontoises sur les pays germaniques », dont les travaux ont conduit à l’organisation d’une Journée d’études intitulée « L’Allemagne en recto-verso : portraits d’un voisin (mé)connu » (24 octobre 2013) ainsi qu’à la mise en place de ce carnet de recherches.

Dans un souci de prolonger ces échanges tout en les élargissant, cette deuxième journée d’études est consacrée cette fois à l’Autriche, envisagée à travers les notions de centre(s) et marges. Il s’agit d’interroger leurs rôles dans les dynamiques d’ouverture et de fermeture vis-à-vis de l’étranger, indissociables de ce pays, que cela soit en termes politiques ou socio-économiques, mais aussi littéraires, artistiques, linguistiques…

La situation géographiquement centrale de l’Autriche en Europe lui a permis de rayonner, voire d’exercer un contrôle au-delà de ses frontières ; en même temps, sa situation aux confins de l’Europe occidentale (« marche de l’Est ») l’a confrontée à des influences diverses et contradictoires, que le pays et ses habitants ont intégrées, assimilées, ou dont ils ont au contraire cherché à se démarquer. Ainsi, ce pays a beaucoup oscillé entre la mise en valeur de son patrimoine (culturel), qui continue d’attirer de nombreux visiteurs, et un avant-gardisme, qui l’a paradoxalement moins isolé, marginalisé, que singularisé, et qui a même permis à l’Autriche de jouer un rôle de précurseur de certains courants intellectuels et artistiques (psychanalyse, Wiener Secession, dodécaphonisme, Anti-Heimatliteratur).

Les relations entre centre(s) et marges ont contribué à créer une dynamique d’ouverture ou de fermeture vis-à-vis de l’étranger. Si la tendance à la quête d’identité nationale, confortée par les recompositions politiques du XXe siècle et l’enclavement alpin, ne saurait être niée, l’Autriche ne peut se réduire à sa tentation d’un repli nationaliste, dont les résurgences caractérisent toute une partie de l’Europe ces deux dernières décennies. Ce serait minorer la vitalité et le poids d’intellectuels et d’artistes très lucides sur les obsessions, les failles et l’amnésie de leur pays. Nombreux sont en effet celles et ceux qui placent le devoir de mémoire et la vigilance politique au centre de leur engagement, de leur pensée et de leur écriture.

Les tensions entre centre(s) et marges, ouverture et fermeture ont enfin suscité des images diverses de l’Autriche, que notre Journée d’études s’attachera aussi à cerner. Elles se situent entre les deux extrêmes qu’ont constitué l’idéalisation et les mythes d’une part (la monarchie impériale et royale – « k. und k. » – des Habsbourg, les paysages du Danube et des Alpes immortalisés par les Heimatfilme) et la diabolisation, la marginalisation d’autre part (« affaire Waldheim », entrée au gouvernement du parti d’extrême-droite FPÖ en 2000). L’objectif consistera à donner de ce pays à l’histoire complexe et aux identités multiples la perception la plus juste et la plus nuancée possible.

Comité d’organisation : Anne-Sophie Gomez, Dana Martin, Fanny Platelle, Hélène Roth, Ludovic Viallet Avec le soutien de la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand (USR 3550), du Centre de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS, EA 1002), du Centre d’Etudes et de Recherches Appliquées au Massif Central, à la moyenne montagne et aux espaces fragiles (CERAMAC, EA 997), du Centre d’Histoire Espaces et Cultures (CHEC, EA 1001) et du laboratoire Communication et solidarité (EA 4647)


Fanny Platelle

Maître de conférences en littérature au département d'Etudes germaniques de l'Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand 2

More Posts

Fanny Platelle

Maître de conférences en littérature au département d'Etudes germaniques de l'Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand 2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *