Dynamique et dialectique des littératures « noble » et « triviale » dans les pays germanophones aux XVIIIe et XIXe siècles

Compte-rendu du colloque international de Klingenthal les 22 et 23 mai 2014
1. La production dramatique

Organisation et responsabilité scientifique : Anne Feler (Université de Lorraine – Metz, Centre d’Etudes Germaniques Interculturelles de Lorraine), Raymond Heitz (Université de Lorraine – Metz, Centre d’Etudes Germaniques Interculturelles de Lorraine), Gérard Laudin (Université de Paris-Sorbonne, Représentations et Identités Espaces Germaniques, Nordique et Néerlandophone).

Le Centre d’Etudes Germaniques Interculturelles de Lorraine (Université de Lorraine – Metz) a organisé, en association avec l’Université Paris-Sorbonne et la Société Goethe de France, les 22 et 23 mai 2014 au château de Klingenthal (Fondation Goethe) un colloque international sur le thème : Dynamique et dialectique des littératures « noble » et « triviale » dans les pays germanophones aux XVIIIe et XIXe siècles, dont le premier volet était consacré à la production dramatique.

Pour désigner la production massive, romanesque et dramatique, qui marque l’évolution du marché du livre et de la vie littéraire et théâtrale dans les pays allemands à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle, c’est le terme de Trivialliteratur qui s’est imposé dans les années soixante du XXe siècle au détriment de concepts concurrents tels que Kitsch, Schundliteratur, Afterliteratur, Vulgärschrifttum etc. Le français a pareillement recours à une profusion de dénominations (paralittérature, infralittérature, sous-littérature, littérature populaire, littérature éphémère etc.) pour dénommer une forme « basse » de l’expression littéraire que l’on oppose généralement à une littérature dite « haute » ou « noble ».

La connotation (anciennement) dépréciative – d’un point de vue esthétique ou moral – de l’appellation allemande (Trivialliteratur) a été unanimement reconnue par la recherche comme étant problématique. Les entreprises de circonscription de l’étendue sémantique et du champ d’application de la notion, le recours à d’autres concepts – Populärliteratur, Unterhaltungsliteratur… – tout comme les fluctuations et les glissements dans les tentatives de délimitation des frontières censées séparer la « haute» de la « basse » littérature illustrent avec éclat les difficultés d’établissement d’une typologie qui fasse l’unanimité.

Le colloque visait à montrer la fluctuation et la perméabilité des frontières que l’on a voulu ériger entre les littératures « noble » et « triviale », en mettant en évidence les processus d’échanges qui s’opèrent entre elles. Dans cette optique, quatre perspectives ont structuré les deux journées :

  • Les positions théoriques : le regard des auteurs canoniques sur le drame « trivial »
  • Les spécificités génériques et les métamorphoses des matrices « nobles »
  • Les thèmes et motifs : les processus de « trivialisation »
  • La dialectique et les tentatives de conciliation entre drame « noble » et drame « trivial ».

La mise en évidence de la dialectique des productions « lettrée » et « populaire », de la dynamique de leur articulation, l’étude des emprunts, des phénomènes de « trivialisation » et d’ennoblissement des matrices et des composantes, l’examen des champs d’intersection des produits et des genres des deux registres ont permis de clarifier la dette que des auteurs de renom et des polygraphes obscurs ont contractée les uns envers les autres.

Le second volet aura lieu à Klingenthal en 2015 et sera consacré aux genres narratifs.

Télécharger l’affiche et le programme du colloque.


Fanny Platelle

Maître de conférences en littérature au département d'Etudes germaniques de l'Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand 2

More Posts

Fanny Platelle

Maître de conférences en littérature au département d'Etudes germaniques de l'Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand 2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *