Compte-rendu du colloque « Walter Benjamin : les métaphores de la critique »

Colloque international et pluridisciplinaire organisé à la MSH de Clermont-Ferrand

les 27 et 28 février 2014

par Audrey GIBOUX (CELLAM – Centre d’études des littératures et langues anciennes et modernes, Rennes) et Mathilde LABBE (CELIS – Centre de recherches sur les littératures et la sociooétique, Clermont-Ferrand)

En organisant un colloque international consacré à Walter Benjamin, les deux organisatrices souhaitaient mettre l’accent sur le versant critique de l’œuvre benjaminienne, souvent occulté en France par la réception de la production philosophique ou traductologique de l’auteur. Cet écart dans la réception – étrangère notamment − s’explique en grande partie par des traductions relativement tardives de la réflexion esthétique et littéraire de l’écrivain. L’enjeu du colloque organisé fin février à Clermont-Ferrand était d’interroger, au sein du discours critique, la dimension imagée de l’écriture critique benjaminienne, d’où le titre retenu pour ces journées : « Walter Benjamin : les métaphores de la critique ».

Dans leur introduction, les organisatrices précisent qu’à la lecture des propositions de communications reçues, le terme de « métaphore » leur est rapidement apparu plus problématique qu’elles ne l’avaient initialement soupçonné, et que les termes « d’imagier » ou « d’imaginaire » de la critique benjaminienne auraient peut-être été plus appropriés pour rendre compte de l’inventivité foisonnante d’une écriture au fort pouvoir de suggestion.

Afin de mieux situer leur propos, les organisatrices reviennent ensuite sur le contexte qui a favorisé, en France, les débuts de la réception de l’œuvre critique de Walter Benjamin. Les recherches menées depuis les années 1960 sur le style dans l’écriture critique, de Jean Starobinski à Anne Herschberg-Pierrot, en passant par Roland Barthes et Jean-Pierre Richard, ont fourni les outils nécessaires à un examen du rôle des images dans le métatexte. En ce qui concerne la réception de l’œuvre de Benjamin proprement dite, les années 1980 constituent un véritable tournant grâce à de nouvelles traductions en langue française, qui attirent l’attention de la communauté scientifique sur certains textes jusque-là restés dans l’ombre. Ce tournant débouchera, en 1983, sur l’organisation, par Heinz Wismann, d’un colloque décisif qui inaugurera des pistes fécondes pour la recherche des décennies à venir.

Les organisatrices soulignent ensuite les caractéristiques de la métaphore / de l’image chez Walter Benjamin : la métaphore, trope de la ressemblance, vise à présenter une idée sous le signe d’une autre idée, plus frappante, dans un dessein illustratif mais non ornemental. La métaphore, outre qu’elle ménage un effet de surprise ou de choc, facilite le redécoupage du réel et du langage. En philosophie, avec Nietzsche, la métaphore s’est d’ailleurs imposée comme rivale du concept, dont elle permet de contourner la pesanteur traditionnelle.

L’une des principales questions soulevées par le colloque est de vérifier en quoi, dans le discours philosophique et critique de Walter Benjamin, la métaphore, loin d’être seulement « accidentelle », joue un rôle absolument essentiel. Les organisatrices souhaitaient contribuer, grâce à la réflexion commune qu’elles ont initiée, à l’élaboration d’une herméneutique de la métaphore benjaminienne qui ferait du Denkbild le lieu de création d’une pensée nouvelle, dynamique, en constante expansion.

Au cours des deux riches journées de ce colloque qui a réuni quelques-uns des plus grands spécialistes internationaux de Walter Benjamin, venus pour certains du Brésil, du Portugal, d’Allemagne, de Belgique, de Russie ou encore de Taïwan, les intervenants, issus de disciplines variées, se sont penchés sur plusieurs axes de réflexion:

  •  Quelle est la nature et quels sont les domaines d’emprunt des métaphores utilisées par Walter Benjamin (ces domaines, extrêmement variés, vont de la chimie à l’érotisme) ?
  • A quels champs s’appliquent ces métaphores (critique littéraire, critique d’art, philosophie ?)
  • Comment Walter Benjamin conçoit-il l’usage de la métaphore dans son œuvre ?
  • Les métaphores de Walter Benjamin se combinent-elles entre elles et si oui, comment ?
  • Parmi les métaphores benjaminiennes, lesquelles ont fait école, et comment ?

Afin de répondre à ces interrogations et de repenser le statut de l’image au sein de la poétique benjaminienne, la première matinée (27 février) comportait deux séances, respectivement intitulées « La métaphore face au concept », et « Philosophie de l’image ». L’après-midi, l’accent a été mis sur « Hermétisme et heuristique » ainsi que sur « La fabrique de la métaphore » dans l’écriture critique de Walter Benjamin. Le lendemain matin (28 février), la première séance a porté sur « Philosophie de l’histoire et de la société ». Elle fut suivie d’une séance intitulée « Métaphores de la révolution et de la modernité ». Le colloque s’est terminé, l’après-midi, par une ultime séance consacrée à « Walter Benjamin et l’idéalisme ».

Lien vers la présentation et le programme détaillé du colloque


Cette manifestation, prévue au départ pour être une journée d’études, s’est révélée, par l’ampleur prise au cours de son organisation et grâce au soutien de nombreux partenaires,  une preuve de la pertinence et de la grande fécondité du sujet abordé.

Anne-Sophie Gomez


Anne-Sophie GOMEZ

Maître de conférences en études germaniques à l'Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand

More Posts

Anne-Sophie GOMEZ

Maître de conférences en études germaniques à l'Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *